Le rugby samoan entre les mains de la Chine


Depuis quelques années, le développement de l'influence chinoise dans le Pacifique océanien s'intensifie de plus en plus. L'empire du milieu s'appuie pour cela sur la diplomatie des stades et des sports, sa grande caractéristique pour percer dans la région.


Je pense ainsi aux îles Salomon qui ont changé récemment d'allégeance diplomatique de Taiwan à la République populaire de Chine. Le géant asiatique va fournir une subvention de 70 millions de dollars pour construire un nouveau stade pour les Jeux du Pacifique 2023 dans la capitale nationale. Un autre exemple frappant est la Papouasie-Nouvelle-Guinée, seul pays au monde où la rugby league est le sport national, le tennis de table (sport numéro un en Chine) connaît depuis quelques temps une popularité croissante.


Mais ce sont aux Samoa que la présence chinoise s'est intensifiée ces dernières années. On peut commencer par la rugby union. Le Super 9, le championnat national du pays, est financé à 100% par des sponsors chinois. A l'image des tongiens pour le Japon, de nombreux jeunes samoans se voient donner une bourse pour étudier en Chine et jouer au rugby là-bas pour porter plus tard le maillot de l'équipe nationale.


En ce qui concerne le célèbre Apia Park National Stadium, ce dernier a été rénové par des fonds encore une fois chinois. Mais c'est la rugby league qui connaît l'aide la plus massive. Comme pour les Tonga, le rugby à XIII est en train de devenir plus populaire que le rugby à XV aux Samoa grâce à de très belles performances sportives au niveau international.


En 2019, le premier ministre samoan Tuilaepa Sailele Malielegaoi a officialisé la création de la World Nines Confederation Cup, première grande compétition internationale de rugby qui se déroulera aux Samoa. Ce tournoi, qui sera lancé en 2021 (retardé en raison de l'épidémie du coronavirus), est destiné pour repérer les talents locaux de la rugby league.


Les joueurs de la LNR et de la Super League ne sont ainsi pas éligibles pour cette compétition contrairement à des pays émergents comme la Chine et l'Inde (pour la partie asiatique). Il faut dire que les chinois sont derrière la création de ce tournoi.


Ce sont eux qui vont financer à 100% la World Nines Confederation Cup et c'est encore Pékin qui va construire le futur stade national samoan dans lequel sera jouée la compétition. Le site internet est d'ailleurs visible en mandarin et les rencontres seront diffusées dans l'empire du milieu. La Nouvelle-Zélande et l'Australie tentent bien de faire face à l'émergence chinoise dans la région mais ils ne peuvent rien face au géant économique qu'est la Chine. La mainmise des chinois sur le rugby samoan (avec l'approbation du gouvernement local) est désormais totale et il est très envisageable qu'un exode massif de joueurs samoans aura lieu quand une ligue professionnelle chinoise de rugby verra le jour.

223 vues0 commentaire

© 2020 - 2021 | asierugby.com