Malaisie: la sélection vers moins de joueurs naturalisés



Aujourd'hui en conférence de presse, Datuk Shahrul Zaman Yahya a balancé une bombe. Le président de la Malaysia Rugby Union a annoncé que la Malaisie va renforcer son programme de recherche et de développement des talents locaux au détriment de la naturalisation de joueurs étrangers pour renforcer sa sélection nationale.


C'est un véritable virage à 180 degrés alors que la KRU voulait privilégier la seconde option en constatant les superbes performances du Japon à la coupe du monde de rugby 2019. Mais deux évènements sont venus entre-temps changer la donne.


Le premier est la qualification historique de la Corée du sud (avec 100% de joueurs locaux) pour les jeux olympiques de Tokyo 2020 après une victoire au bout du suspens face aux naturalisés hongkongais en finale (12 à 7) grâce à un essai de la fusée Chang Yong Heung.


Quant au deuxième, il s'agit de la défaite en finale des Hibiscus face aux Philippines lors du South East Asian Games 2019 en décembre dernier (19 à 0). Un échec qui a laissé une grosse trace dans le rugby malaisien. Datuk Shahrul Zaman Yahya fait donc changer de virage aux "Hibiscus" et c'est tout à son honneur.


Mais malgré un nombre important de licenciés (+ de 50 000), la Malaisie ne dispose pas d'autant de si bons joueurs que la Corée du sud (avec ses 987 licenciés). Le président malaisien pourra toutefois compter sur la participation de la franchise professionnelle des Valke Malaysia en Global Rapid Rugby dès cette année. Une équipe dont le but est d'atteindre 20% de joueurs locaux en 2021. Avec en vue une qualification historique à la coupe du monde de rugby de 2027, qui reste à ce jour le grand objectif du rugby malaisien.

0 vue

© 2020 - 2020 | asierugby.com