Corée du sud: Hyundai Glovis rejoindra-t-il la future Pro League japonaise?


Le Japon, après son excellente coupe du monde de rugby l'an dernier (1/4 de finaliste), restructure son rugby et va voir le lancement en janvier 2022 de la New League (2 divisions professionnelles et une ligue nationale corporative). Mais dans le reste de l'Asie, mis à part la Malaisie, la situation ne s'est pas améliorée. Pire, elle s'est empirée.


Le rugby hongkongais connaît une situation difficile avec la crise politique avec la Chine et le coronavirus en a rajouté une couche. Suite à cela, il paraît improbable que le Global Rugby, lancé cette année, puisse avoir lieu en 2021. Ce dernier pourrait même disparaître. Une tragédie pour les South China Tigers et donc pour les Dragons (la sélection hongkongaise).


Ce désastre annoncé ne va pas aider non plus Hyundai Glovis. Franchise fondée en décembre 2015, celle-ci a vu le jour après la disparition cette même année de l'emblématique équipe de Samsung Heavy Industries Rugby (créée en 1995).


Le but de Hyundai Glovis est de redonner un espoir au rugby sud-coréen. Leur slogan "The hope of korean rugby" est assez clair. La franchise avait pour objectif de se professionnaliser et d'intégrer le Global Rapid Rugby pour devenir l'ossature de la sélection. Mais l'échec annoncé de celui-ci va obliger ses dirigeants à revoir la situation de l'équipe.


Une dernière solution existe alors pour Hyundai Glovis: intégrer la New League japonaise. Géographiquement, les deux pays sont très proches et ce serait l'idéal pour l'équipe basée à Incheon. La franchise sud-coréenne ne pourrait certes pas au départ évoluer dans une des deux divisions professionnelles mais elle possède les infrastructures essentielles pour répondre aux exigences de la troisième division nationale corporative.

Son atout majeur est le magnifique Namdong Asiad Rugby Stadium (5 078 places) où la Corée du sud joue ses rencontres à domicile en Asia Rugby Championship depuis 2013. Hyundai Glovis, composé de 9 joueurs à son lancement en décembre 2015, dénombre désormais un groupe de 28 joueurs dont 21 internationaux sud-coréens. La franchise a d'ailleurs frappé un grand coup en mai dernier en signant l'ailier et star du rugby local Jeong Yeon Sik (qui a joué ces deux dernières saisons chez Hino Red Dolphins au Japon).


L'équipe est à présent devenue l'ossature de la sélection sud-coréenne et son seul espoir. Car au pays le rugby est au bord de la disparition. La Corée du sud s'appuie sur un très faible réservoir: 987 licenciés dont 3 clubs corpos (Hyundai Glovis, KEPCO et POSCO), 4 clubs universitaires (Korea Univ., Yonsei Univ., Kyung Hee Univ. et Dankook Univ.) et quelques joueurs professionnels au Japon. Voilà pourquoi l'arrivée de Hyundai Glovis dans la New League japonaise dans les années à venir serait plus que salutaire.

© 2020 - 2020 | asierugby.com